Carnaval de Nice

Publié le 17 Janvier 2012

Je voudrais vous faire partager une des plus belles fêtes qu'offre la ville de Nice, son fameux carnaval.

 

D'abord, un peu D'histoire ancienne

Le Carnaval de Nice a la chance d'avoir l'un des plus riches et longs passés dans l'histoire des carnavals du monde. Il apparaît en 1294, lorsque les chroniques signalent que le Comte de Provence Charles II, est venu à Nice "pour y passer les jours joyeux du carnaval". Du Moyen Age au XIXème siècle, le Carnaval se déroule différemment selon les époques. Au Moyen Age, il s'agit d'une fête de bals et de mascarades dans les rues, alors qu'au siècle des Lumières, les bals masqués se déroulent à la mode vénitienne, en milieu fermé. Les festins de Carême, à Cimiez, clôturent le cycle Carnaval-Carême. Cette grande fête excentrique et joyeuse change d'aspect lors du séjour, en 1830, du roi Charles-Félix. Pour la première fois, un "corso" est organisé sur le Cours Saleya, en hommage aux souverains. A bord de voitures et de calèches, fleuries et décorées, les notables niçois défilent en "riches costumes" sous le balcon du Palais Royal. Très vite, les batailles de projectiles deviennent le jeu essentiel de la fête. A partir de 1892, les confettis de papier détrônent les confettis de plâtre, réservés au Mardi-Gras jusqu'en 1955 et dont les batailles mémorables sont ancrées dans la mémoire des Niçois. En 1873, un Comité organisateur du Carnaval, composé de riches hivernants et de membres de la bourgeoisie niçoise, institua une distribution de prix lors d'un premier défilé de chars. Cette pratique est toujours en vigueur de nos jours.

Le Carnaval a été au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle, le témoignage le plus éclatant de la convivialité entre les Niçois et leurs hôtes de passage. Cette grande fête a même servi de modèle à Rio, qui a développé son grand carnaval après le passage de l'empereur Pedro II à Nice en 1888. Même effet, pour la grande parade de Pasadena, qui a lieu le 1er janvier, à l'occasion du Tournament of Roses, près de Los Angeles. Elle avait été créée vers 1890 après le passage à Nice d'un membre influent du Comité de Pasadena


Le Carnaval de Nice aujourd'hui

De nos jours, ce carnaval devient le terrain privilégié de la créativité des carnavaliers, qui caricaturent dans le meilleur style grotesque aussi bien les scènes de la vie niçoise que les événements internationaux. Il offre ainsi un témoignage inestimable et incomparable sur la vie de nos contemporains à travers une vision humoristique. Nice dispose de carnavaliers talentueux dans l'art de concevoir de gigantesques automates-robots mécanisés. Ces artistes niçois ont subi l'influence de Gustave-Adolphe Mossa qui a su imposer un style, un art spécifique. Le peintre et sculpteur Alex Mignone, élève d'Alexandre Sidro, reste l'un des derniers détenteurs de ce savoir faire, véritable trésor des traditions artistiques de la ville. Riche d'un passé et d'un patrimoine exceptionnel, ce carnaval est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau souffle et une nouvelle rencontre s'effectue entre les carnavaliers et des artistes contemporains.

Un comité se réunit depuis une trentaine d’années, sous la présidence d’une personnalité afin d’élire la Reine du Carnaval et ses Dauphines. La Reine qui ouvrira chaque bataille de fleur sur son char aura alors la charge de représenter cette fête lors de voyages officiels.

QUELQUES CHIFFRES 

Parades []

  • 20 chars/an de 12 m de long sur 3 de large et entre 8 et 14 m de haut.
  • Dont 4 chars en tête de cortège qui sont toujours le Roi, la Reine, Carnavalon et la Soufflerie, char projetant des confetti.
  • 2 chars d’animation plus petits.
  • 30 carnavaliers environ.
  • 150 grosses têtes dont une trentaine en carton pâte. Leur poids varie de 1,5 à 12 kg. 5 kg pour les grosses têtes faites en plastazote et *1 kg, pour les structures gonflables.
  • 60 troupes.
  • 1/3 d’art de rue et de musique niçoises et régionales.
  • 1/3 de délégations musicales et troupes musicales venues du monde entier.
  • 4.000 heures de travail réparties sur 6 mois.
  • 20 tonnes de confetti.
  • 15 pays.
  • 8 groupes de 20 carnavaleurs pour chaque territoire de Nice soit
  • 160 carnavaleurs.

Médias [

  • 100 médias présents.
  • 190 accréditations de journalistes.
  • 17 % d’accréditations en Presse Quotidienne Régionale.
  • 19 nationalités différentes.

Rédigé par Neekolle

Publié dans #Atelier culturel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article